La peau

Les problèmes de peaux | L’Acné

Rentrons dans le monde merveilleux et ultra glamour des comédons, des pores dilatés, de l’inflammations, des infections sous cutanées, des pustules, des papules etc… 

Oui, c’est une pointe d’ironie ;).  

acne-1606765_1920

Pourquoi vit-on mal l’acné ?

C’est un sujet délicat car cela peut vraiment nuire à la vie psychologique des personnes atteintes.  

En effet, même à un faible degré cela peut-être très disgracieux.

On se souvient tous de l’image de l’ado pré-pubère qui est surnommé « calculatrice » parce-que (le pauvre) son visage en est couvert… Et parfois cette maladie continue à l’âge adulte voir jusqu’à la ménopause . Et là c’est le drame.

Dans les mentalités, c’est CENSÉ être terminé, cette période où les hormones n’en font qu’à leurs têtes ! Heureusement que le sujet tend à se démocratiser.

Les types d’Acnés

Vous l’aurez compris, il y a plusieurs stades dans ce problème.
D’une part selon les conditions (âge, environnement…) et d’autre part selon le degré d’inflammation.

On appelle communément imperfections les petites inflammations de la peau, type point noir, microkystes, et boutons, liés (le plus souvent) à la peau mixte à grasse. Elles sont crées par l’obstruction des pores de la peau dû à la forte production de sébum par les glandes sébacées.  

L’acné c’est beaucoup plus… C’est une maladie de peau, très courante, présentant une (sur)affection de la peau.

Elle se présente sous différentes formes :  

 L’acné rétentionnelle

  • Les comédons sont présent le plus souvent sur les zones actives de production de sébum (front, nez, menton). Ce dernier est parfois oxydé au contact de l’air et un point noir se crée. Lorsqu’il reste enfermé dans la couche superficielle de peau, il s’infecte et conserve sa couleur naturelle. Ainsi ce forme le micro-kyste.
    Autrement dit, le petit bouton blanc que tu détestes voir dans ta glace. Il ne fait pas mal mais il est là.

L’acné inflammatoire

  • Ou populo-pustuleuse, charmant non ?
    En plus des comédons et des micro-kystes, certains de ces derniers peuvent se sur-infecter. Et ceci par la bactérie « acnies proponies » présente sur la surface de la peau.
    Ces infections déclenchent une réaction inflammatoire qui entraîne l’apparition d’un bouton rouge impossible à percer. Il peut être rouge, ce sera une papule ou bien blanc à sa surface, et dans ce cas ce sera une pustule.

L’acné nodulaire

  • C’est une complication de, et parfois grave des types précédents.
    C’est très généralement une combinaison des deux acnés décrites plus haut. De plus, des lésions inflammatoires sous-cutané et profonde (qui sont appelés nodules) peuvent apparaître. Et (parce que ce n’est pas tout) elles peuvent se transformer en abcès mesurant plus de 5 mm.
    Aie ! Ça fait mal !

Les causes de l’Acné

L’acné se manifeste par différentes causes, souvent liés à des périodes de vie où des fluctuations d’hormones sont notables.
C’est pour cela que la cause hormonale est la principale à être évoquée. Il ne faut pas oublier la cause héréditaire qui joue un grand rôle pour la plupart des personnes atteintes.

L’acné Juvénile

  • Il est dû principalement à l’action des hormones libérées lors de la puberté. Il touche plus les garçons que les filles et celui-ci se calme après la fin de cette période.

L’acné Tardive (adulte)

  • Il est souvent lié, à la base, à une hyper production d’androgènes (hormones mâles) plus ou moins grande. Lorsque l’acné féminine est résistant aux traitements classique, cela peux révéler une endocrinopathie (dérèglement hormonal). Elle sévit généralement jusqu’à la cinquantaine (ou ménopause) dû à l’atrophie des glandes sébacée…

L’acné de Grossesse

  • Le cycle hormonal pendant la grossesse est bouleversé. En effet, beaucoup d’hormones sont sécrétées pour créer la vie. À certains moments, il y a des hormones qui sont plus présentes que dans votre cycle menstruel. De ce fait, certaines femmes peuvent voir apparaître de l’acné alors qu’elle n’en avait jamais eu, et au contraire d’autres vont avoir une peau magnifique alors qu’elles sont embétées depuis des années par l’acné !
    C’est une question qui n’est pas encore résolues car la production des hormones des femmes est très complexe, beaucoup plus que chez un homme !

L’acné Médicamenteuse

  • Il est lié à la prise de médicaments. Par exemple, les contraceptions de types estroprogestatifs (le composant progestatifs peut-être acnéigène), les corticoïdes, les anti-épileptiques, les neuroleptiques et antidépresseurs, la vitamine B 12 etc…
    Certains traitements anti-acné (antibiotiques) peuvent à long terme généré une aggravation de la maladie.

L’acné Hexogène

  • Il est principalement dû au contact d’huiles minérales très comédogène sur la peau. En effet, les huiles synthétiques sont pour la plupart occlusives, c’est à dire qu’elle forme un film sur la peau pour retenir l’hydratation mais empêche la peau de respirer et encrasse les pores. Les silicones peuvent avoir cet effet négatif sur les peaux normales, mixtes à grasses. Les peaux sèches voient moins d’effets délétères car elles ont un fort besoin d’hydratation et de nutrition dû à un manque de sébum.
    Il existe aussi des huiles végétales comédogène.
    A l’arrêt de l’application des produits, le problème disparaît généralement assez vite.

Autres substances pouvant provoquer de l’acné :

  • L’Alimentation (Sucres, Produits Laitiers, Chocolat, Charcuterie…).
  • Brome.
  • Chlore.
  • Rayons UV et X.    

Que faire contre l’Acné ?  

La première chose à faire : Aller consulter !

Seul un ou plusieurs médecins (n’hésitez pas à aller en voir plusieurs et de différentes spécialités selon vos soupçons : dermatologues, naturopathes, endocrinologues…) peut définir le type d’acné dont vous souffrez et vous donner des pistes sur les choses à mettre en place pour guérir !

Lire un article sur un blog n’est pas une consultation.

Après 10 ans d’Acné sévère, c’est le seul conseil que je peux vous donner pour démarrer.
Ensuite, selon les diagnostics, vous adapterez en fonction de votre envie de résultat, de votre motivation etc… Il est clair qu’un traitement est plus facile. Seulement, et par connaissance de cause, il résout le problème en surface. Il ne traite que les symptômes d’un dysfonctionnement interne.

Mais ce n’est que mon avis encore une fois ;).

Prendre du recul sur son hygiène de vie.

Mais vraiment.

Analyser un peu et voyez ce que vous pouvez (ou vous voulez améliorer). Cela n’est pas avéré par la médecine allopathique. Cependant nous nous rendons compte que dans notre cher système civilisé, notre alimentation est beaucoup trop riche ! De plus en plus de sucres inondes les produits alimentaires et la transformation des aliments de bases est présente dans tous les rayons !
Certaines études démontrent que dans des pays où l’alimentation est différente (plus saine, plus végétale etc…), la santé des habitants est de meilleurs qualités. Ce sont des soupçons mais il y a fort à parier que ce que nous ingérons aient une influence sur notre peau…

Pour mon cas, cela a énormément changé mon acné. J’en parlerai dans un prochain article.

Trouver une bonne routine de soins

Éviter certaines mauvaises habitudes comme se coucher sans se démaquiller par exemple. Se nettoyer la peau est indispensable, 1 à 2 fois par jour selon sa sensibilité et surtout bien l’hydrater !  

Certains actifs considérés comme doux sont connus pour améliorer l’aspect de la peau et traiter l’acné. En effet, l’Acide Salicylique et les Niacinamides sont souvent présents dans des sérums anti-imperfections. L’avantage est qu’ils peuvent être pris par tous (femme enceinte et allaitantes compris).

A savoir que le Zinc est un très bon allié pour lutter contre les problèmes de peaux ! Il est anti-inflammatoire et existe sous différentes formes (gélules, spray à vaporiser…).

Si le souci est hormonal et/ou que vous souffrez d’acné sévère, il y a plusieurs solutions.

Les traitements locaux

Il existe tout un tas de crèmes (antibiotiques, peroxyde de benzoyle ou rétinoïdes), selon le type d’acné et la sensibilité de la peau. Ces formules sont très performantes mais souvent mal tolérées…

Il peut arriver d’avoir la peau qui rougit, qui pique voir qui brûle après plusieurs applications de ce type de crèmes… Arrêter l’application au moindre effet secondaire et parlez en à votre médecin ou à votre pharmacien si le traitement local a été acheté sans ordonnance.

Les traitements médicamenteux

Les traitements antibiotiques 

  • Ils sont souvent utilisés pour une acné modérée à sévère et sont très efficaces sur le court terme.
    Les différentes molécules sont les Cyclines (Tétracycline, Doxycycline…) et les Macrolides (Érythromycine…). Il est possible que votre dermatologue vous prescrivent ce genre de traitement en 1 ère ou 2 ème intention. Sachez que ce sont des antibiotiques, de ce fait, ils détruisent les mauvaises bactéries responsable de l’acné mais aussi la flore cutanée dans son ensemble (avec les bonnes bactéries). Les autres flores bactériennes du corps peuvent être elles aussi détruitent partiellement (intestin, vagin…).
    De plus, il peut y avoir un effet boomerang après un traitement de ce genre.

Les traitements hormonaux

  • Il sont indiqués pour rééquilibrer la production d’hormone, qui parfois peut être détraquée.
    Androcur, ce médicament prescrit pour les femmes souffrant d’un dérèglement hormonal souvent accompagné d’acné et d’hirsutisme est une solution. Un suivi gynécologique est conseillé. Il existe des effets secondaires, le plus courant étant la prise de poids, selon les personnes cela varie, il est impossible de le prévoir…
  • Sachez que si vous prenez la pilule pour moyen de contraception, selon les molécules et les progestatifs qu’elle contient, elle peut être la cause et la solution de vos soucis. Souvent, les pilules de 1 ère et 2 ème générations ont une certaine tendance à amplifier les problèmes de peaux et les 3 ème et 4 ème (qui sont plus risqués selon les profils) favorisent un terrain hormonal féminin.
  • Si ça ne fonctionne pas, il y a certains traitements très efficaces à base d’acétate de Cyprotérone avec de l’Éthinylestradiol (remise sur le marché depuis peu et contre-indiqués dans certains cas) comme Diane 35. 

    Il faut savoir que tout traitement hormonal comportent des risques, votre médecin doit connaître vos antécédents et ceux de votre famille proche (maladie cardio-vasculaire, AVC, maladie du foie, cancer génital…). C’est pour cela qu’il y a eu autant de débat autour de genre de médicaments mais cela ne veut pas dire qu’aucune personne ne peut les prendre !
  • Les traitements à base d’isotrétinoide sont utilisés dans les cas sévères à graves. Le plus courant et le plus puissant est Roaccutane. Il est efficace pour la plupart des traités mais ce traitement comporte des risques et de très nombreux effets secondaires (sécheresse cutané, oculaire, sensibilité au rayons UV, sensibilité cutané, variation des taux sanguins, modification du métabolisme, douleurs musculaires…). Un suivi médicale est indispensable mensuellement pour les femmes et trimestriellement pour les hommes.

Les traitements en institut Dermatologique

  • Il existe aussi des traitements pour accélérer la disparition des microkystes : les nettoyages de peaux dermatologiques (semblables au peeling). Pour les personnes qui ne souhaitent pas de médicaments.
  • Il est possible d’utiliser le laser (lumière pulsée, laser à colorant pulsé) et la photothérapie (LED ou diodes) qui est moins douloureuse pour réduire les lésions inflammatoires.

Si vous êtes face à ce genre de problèmes, le tout est d’être patient car même un très bon traitement peut mettre des mois à rétablir l’équilibre dans votre corps…