Vidéo

Que faire de ses flops ?

Ou… Comment éviter de se retrouver avec des produits qui restent indéfiniment dans son placard ?

Quand notre peau ne supporte pas un produit ou tout simplement quand nous détestons son odeur.

Cela nous arrive à tous !

Au lieu de le terminer avec horreur ou de l’abandonner à une mort certaine, il existe des solutions !

Aujourd’hui, je partage avec vous quelques astuces simples pour palier à ce problème.

Regardez, c’est par ici…

Astuces citées :

1 – Mettre ses produits entamés au frigo

On n’y pense pas souvent mais conserver un cosmétique à 4°C peut véritablement allonger sa DLUO (Date Limite d’Utilisation Optimale).

Si jamais il ne vous convient plus (par exemple car la saison est terminée et les besoins de votre peau ont changés), mettez le au réfrigérateur afin de pouvoir l’utiliser un peu plus tard. Bon, pas trois ans après, soyons d’accord !

Au moment de ressortir le « dit » produit, vérifiez toujours si il n’est pas périmé !

Ce mode de conservation est idéal au quotidien pour les produits bruts, qu’ils soient bio ou non. Il permet de minimiser une utilisation excessive de conservateur.

2 – Changer la zone à traiter

Le meilleur moyen de terminer un produit qui ne vous correspond pas est de l’utiliser sur une autre partie du corps.

Par exemple : Une crème hydratante pour le visage qui est trop riche ou inefficace, est idéale pour prendre soin de vos pieds !

Autre exemple : Un sérum traitant, anti-tâches ou régénérant, est parfaite pour vos mains. C’est une bonne occasion pour prendre soin de cette partie du corps que vous oubliez peut-être souvent… À part si vous ne supportez pas, comme moi, la sensation des mains sèches !

Enfin : Un gommage corps peu exfoliant est idéal pour la peau fragile du visage !

3 – Modifier un produit

Un produit huileux :

Vous pouvez ajouter n’importe quelle huile végétale à un cosmétique qui est formulé à base de corps gras. Le rendre plus riche ou au contraire plus léger (avec des huiles pour peaux mixtes à grasses comme le jojoba ou la noisette).

Vous pouvez ajouter des huiles essentielles ou des actifs qui sont solubles dans l’huile pour améliorer son efficacité !

Un produit aqueux :

Il est très facile d’améliorer un produit qui possède une formule à base d’eau.

Par exemple, si par malheur vous avez un sérum (non bio) qui est trop siliconé, facile ! Ajoutez de l’Aloe Vera pour obtenir une texture moins occlusive.

Ensuite, vous pouvez diluer un tonique avec de l’eau florale ou simplement ajouter un hydrolat à une lotion pour l’améliorer.

Enfin, les actifs cosmétiques sont innombrables et vous permettent de transformer une formule en un produit totalement personnalisé.

Attention a bien respecter les dosages indiqués par le fabriquant.

4 – Parfumer votre intérieur

Cela paraît incongru et pourtant c’est une astuce qui permet de terminer ses parfums, qu’ils soient en échantillons, en miniatures ou en « full size ».

Si vous avez des parfums qui ne vous plaisent plus, que vous ne pouvez pas les vendre, et que personne dans votre entourage ne les aimes, n’hésitez pas ! Utilisez les dans vos toilettes !

J’ai terminé bon nombre de produits comme cela. Et je préfère ça plutôt que de les jeter après qu’ils aient tourné…

5 – Créer vos cosmétiques

C’est la dernière astuce que je propose car on y pense pas forcément ! On peut croire que formuler un produit est extrêmement difficile.

Et bien non !

Il est vrai que c’est un peu plus complexe mais pas impossible. Il suffit de
d’acheter les ingrédients manquants et de suivre une recette que d’autres ont imaginés pour vous.

Vous pouvez trouver des informations à ce sujet sur Aromazone ou Mycosmetik.

Ceci est valable pour les personnes qui ont des ingrédients bruts dans leurs placards (huiles végétales, beurre, cire, hydrolat, huiles essentielles, actifs etc…) et veulent prendre un peu de temps pour cette activité.

Par exemple : Pour créer une crème, il suffit d’une phase aqueuse, d’une phase huileuse et d’un émulsifiant. Autrement dit, de l’eau, de l’huile et de la moutarde de votre mayonnaise.

Un bon fouet et c’est parti !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *